L’écriture inclusive : une évolution linguistique pour plus d’inclusion

L’écriture inclusive : une évolution linguistique pour plus d’inclusion

L’écriture inclusive. Un terme qui suscite de vifs débats au sein de notre société. Elle est considérée par certains comme une avancée vers une société plus égalitaire, par d’autres comme une menace pour la langue française. Dans cet article, nous allons essayer de comprendre ce phénomène, son utilisation, son impact sur notre langage et pourquoi elle est de plus en plus répandue.

Un outil pour une langue plus inclusive

L’écriture inclusive est une manière de rédiger qui vise à rendre le langage plus égalitaire entre les genres. Elle repose sur l’idée que le langage a un rôle à jouer dans l’égalité des sexes. En effet, la langue française a historiquement favorisé le genre masculin, une situation qui se reflète dans de nombreuses expressions courantes et dans la grammaire elle-même. L’écriture inclusive, en rendant la langue française plus neutre en termes de genre, cherche à corriger cela.

La féminisation : une étape vers une écriture inclusive

La féminisation est un des aspects de l’écriture inclusive. Elle consiste en l’adaptation des termes traditionnellement masculins pour qu’ils puissent également représenter le genre féminin. Par exemple, l’utilisation du terme “Madame la Ministre” au lieu de “Monsieur le Ministre”, ou “la chercheuse” au lieu de “le chercheur”.

Il faut cependant noter que la féminisation de la langue française ne se limite pas à l’ajout d’un ‘e’ au masculin. Il s’agit d’une véritable redéfinition des normes linguistiques pour que les femmes soient plus visible dans la langue.

Lire :  MÉDIAPART – 8 MARS 2021

L’usage de l’écriture inclusive à l’université

L’usage de l’écriture inclusive est particulièrement présent dans les universités, où elle est de plus en plus promue. En effet, l’université est un lieu où les normes sociales sont souvent questionnées et où l’on peut observer les débuts des futures tendances sociétales.

L’utilisation de l’écriture inclusive à l’université est donc un signe que cette pratique est en train de se généraliser et d’être acceptée par une partie de la société.

Une langue plus neutre pour une société plus inclusive

L’écriture inclusive vise à rendre la langue française plus neutre en termes de genre. Cela passe par l’utilisation du point médian, qui permet d’inclure les deux genres dans un même mot, par exemple “ami·e·s”. Cette pratique, bien que critiquée, est un pas vers une langue qui reflète mieux la diversité des genres dans notre société.

Rendre notre langage neutre en termes de genre est un moyen de rendre notre société plus inclusive. En effet, il est crucial que chaque personne puisse se sentir représentée et reconnue dans la langue qu’elle utilise au quotidien.

L’écriture inclusive : un défi pour la langue française ?

L’écriture inclusive est parfois présentée comme une menace pour la langue française. C’est un débat qui fait rage et qui divise. Mais il est important de rappeler que la langue est un organisme vivant qui évolue constamment. L’écriture inclusive est simplement une étape de plus dans cette évolution.

Il est donc essentiel de ne pas voir l’écriture inclusive comme un danger, mais plutôt comme une opportunité pour notre langue de s’adapter à une société en constante évolution. C’est par ce genre d’initiatives que notre langue pourra continuer à vivre et à se développer.

Lire :  Best of de Sandrine Rousseau

L’Académie française face à l’écriture inclusive

L’Académie française, gardienne de la langue française, a toujours eu une attitude réticente face à l’écriture inclusive. En effet, elle considère que cette nouvelle forme d’écriture rend plus complexe l’apprentissage et la compréhension de la langue. Elle évoque également le risque de fragmentation de la langue, avec l’apparition de multiples formes de rédaction.

Toutefois, cela ne signifie pas une opposition totale. En 2019, l’Académie a accepté la féminisation des noms de métiers, reconnaissant ainsi l’importance de rendre visible la place des femmes dans tous les secteurs de la société. Il s’agit là d’une avancée considérable qui marque une évolution dans la vision de l’Académie française.

Il faut noter que même si l’Académie française joue un rôle essentiel dans la défense et la promotion de la langue, celle-ci n’est pas figée. Comme toute langue, le français est en constante évolution, s’adaptant aux changements de la société. L’écriture inclusive s’inscrit donc dans cette perspective d’adaptation et de modernisation de la langue française.

Le langage inclusif au Québec : une autre perspective

Au Québec, le langage inclusif a également suscité un vif débat. L’Office québécois de la langue française, l’équivalent de notre Académie française, a adopté une position différente. Il encourage l’utilisation du langage inclusif, et notamment la féminisation des noms de métiers, comme moyen d’assurer une plus grande égalité entre les femmes et les hommes.

La rédaction épicène, qui vise à utiliser des termes neutres pour désigner des groupes mixtes, est également encouragée. Le langage inclusif au Québec s’inscrit donc dans une démarche d’égalité et de respect de la diversité des genres, tout en cherchant à maintenir la clarté et la fluidité du discours.

Lire :  Quel sac bandoulière porter avec ses articles de luxe ?

Il est intéressant de constater que deux institutions chargées de la défense de la langue française ont adopté des positions différentes face à l’écriture inclusive. Cela montre que ce n’est pas tant la langue elle-même qui est en jeu, mais bien la vision de la société que nous voulons construire à travers elle.

Réflexion finale

L’écriture inclusive est plus qu’une simple question de langue. Elle met en lumière des enjeux de société, comme l’égalité des genres et la reconnaissance de la diversité. Elle provoque des débats passionnés car elle touche à des aspects fondamentaux de notre identité et de notre culture.

La manière dont nous parlons et écrivons reflète notre vision du monde. En ce sens, l’écriture inclusive, en challengeant le masculin générique et en rendant visible les femmes dans la langue, contribue à construire une société plus égalitaire et inclusive.

Toutefois, il est important de noter que l’écriture inclusive n’est pas la solution unique et définitive à la question de l’égalité des genres. Elle s’inscrit dans un mouvement plus large de transformation de notre société vers plus d’égalité et de respect de la diversité.

Que l’on soit pour ou contre, une chose est sûre : le débat autour de l’écriture inclusive n’est pas prêt de s’éteindre. Et c’est tant mieux car il nous force à réfléchir et à questionner nos habitudes et nos préjugés. Comme l’a dit Laurence Rosier, linguiste et spécialiste de la langue française, “le langage n’est pas sexiste, ce sont les usages qui le sont”. A nous donc de faire évoluer ces usages pour construire une langue et une société plus inclusives.

Visited 17 times, 1 visit(s) today

1 Commentaire

  • Bonjour,
    Merci pour votre article.
    Cependant je regrette de ne pas aborder l’écriture inclusive avec le regard des personnes qui sont en difficulté avec l’écriture en général. Je pense aux personnes souffrantes de dyslexie, dysorthographie, etc.
    Merci.

Laisser une Réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *